Les Mots Tendresse

07 octobre 2017

La vie

LA VIE

 

peintures-tableau-la-vie-est-belle-40-x-40-14799437-img-3990-jpg-7aa40e-8c772_570x0

Il y a des matins soyeux nuancés de mauve avec une touche d'orangée...  Des matins où je ne demande qu'à ouvrir la porte et vite sortir dans mon jardin.  Des matins de rosée à boire, de gazon à piétiner et de chants d'oiseaux à écouter...  Il y a des matins gris où je ne demande qu'à verrouiller ma porte à double-tour et enfouir mon nez sous la douillette plumetée.  Des matins de déboires, de ressentiment à évaporer et de soupirs à faire pleurer!

 

Il y a des heures qui déboulent trop vite et d'autres qui n'en finissent plus de s'étirer.  Des heures affriolantes et d'autres affolantes!  Des minutes qui croisent le soleil et d'autres qui me titillent et me font enrager!

 

Il y a des êtres lumineux et d'autres qui me transforment en hérisson.  Leur chanson est sinistre et je préfère m'en éloigner...  Il y a des êtres de reproches mais ils sont vite oubliés car ils se brûlent les ailes comme papillons écervelés...

 

Il y a des instants magiques où je me rechoisis...  Des instants de velours dont je me laisse caresser...  Des instants que souvent je n'ai pas choisie et qui m'arrivent comme un cadeau bien emballé...  D'autres m'accrochent et je voudrais vite me sauver mais ils me retiennent et gardent mon coeur prisonnier!

 

Il y a des élans spontanés et des temps pour prendre du recul pour mieux me retrouver...  Des temps où je me laisse porter par les notes douces de mon quotidien qui veut remettre de l'ordre dans ses idées...  Un temps pour m'accueillir, un temps pour me dire, un temps à savourer dans l'intimité...

 

La vie est comme une valse et j'aime la danser.  La vie est une plage et j'aime ensabler mes idées réchauffées.  La vie parfois me glace mais j'aime la patiner!  La vie parfois m'agace et je me permets de la bouder!

 

La vie c'est fait de tout et en même temps c'est fait de rien.  La vie souvent je l'avoue...  me dépasse et je n'y comprends plus rien...  La vie souvent me tarabuste et me fait peur surtout quand je vois la guerre s'éloigner des étoiles et se rapprocher de la planète où j'habite!

 

La vie surtout je l'aime et je la sers à tour de bras.  Je veux la vivre jusqu'à mon dernier souffle et lui sourire jusqu'au bout...  La vie c'est fait de moments à espérer, de personnes à écouter et à embrasser...  La vie c'est l'Amour avec ses yeux rieurs et ses bras pour me consoler...  La vie c'est fait de rires de l'enfant consolé et du petit être qui dans quelques mois sera né!

 

878acfee

La vie m'aime malgré tout et souvent elle veut me montrer que je dois changer mon regard pour mieux la contempler.  Tout est dans ma façon de voir et de réagir...  Toutes mes réponses me seront apportées si je prends le temps d'écouter mon âme dans le silence et la sérénité...  Il y a un temps pour tout!  Un temps pour danser et un temps pour se replier...  Un temps pour courir et un temps pour méditer...  Un temps pour chanter et un autre pour écouter...  Mais, il est un temps dont je ne peux passer à côté...  c'est celui D'AIMER!

 

Jovette Mimeault

sticker-reve-ta-vie

 

Je dédie ce texte à mes amis Michel et Johanne Lavoie...  xxx

 

9 octobre 2001

 

Tous droits réservés.

 

Posté par Lounan à 13:13 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Le changement

 

ob_a26dac_changement-vie

 

 

LE CHANGEMENT

Il n'est pas facile de changer ses pensées et d'oser être soi-même.  Non!  ce n'est vraiment pas facile de faire le deuil de la personne que nous étions auparavant pour laisser ressurgir la vraie personne qui dormait au fond de notre coeur.  Pas facile de s'affirmer et d'adopter un nouveau comportement face à notre vie.  Depuis l'enfance j'étais programmée. Inconsciemment, j'ai développé des comportements car je me suis rendue compte qu'en agissant de telle façon cela faisait plaisir à mes parents, aux professeurs et aux ami(e)s.

 

  Tout était bon et justifiable pour me faire aimer!  Pour ne pas me faire rejeter surtout que je traînais un lourd secret et que je tremblais d'anxiété.  Je suis moi aussi une enfant dont on a abusé, dont on volé l'enfance...  La peur de perdre m'a rendue très vulnérable et mon coeur est devenu adulte avant d'avoir pleinement goûté aux joies de l'enfance!  J'ai suivi des thérapies pour guérir mon âme mais à peine étais-je guérie que c'est ma propre fille qui s'enlevait la vie parce qu'elle aussi était devenue adulte bien trop vite...  La culpabilité de n'avoir rien vu...  m'a longtemps étouffée et j'ai encore la gorge souvent serrée quand l'angoisse vient me tarauder!

 

 Renier mes besoins de petite fille en souffrance et en quête de guérison... c'est souvent ce que j'ai fait durant près de 50 ans.   Mais maintenant je veux bien installer le soleil en-dedans de moi...  pas juste en offrir aux autres.  J'ai tout de même eu la chance de quérir le bonheur au fil des heures et de m'émerveiller de tout et de rien.  J'ai brodé de la dentelle et je me suis laissée caresser par la mousseline du temps heureux.  La nature a été une grande consolatrice et l'écriture a été ma soupape pour ne pas exploser!  J'ai relevé la tête pour admirer le soleil et j'ai franchi des montagnes pour survoler ma vie et mieux prendre du recul!

 

  Au mitan de ma vie, j'ai pris le risque de dire d'une voix plus forte mes vrais besoins.  Je voulais la Paix intérieure et l'Harmonie mais j'ai dérangé beaucoup de personnes autour de moi.  J'ai osé crier et proclamer mes besoins fondamentaux et hélas..  l'homme qui disait m'aimer a pris la poudre d'escampette et ses enfants l'ont suivi dans sa fuite!  Plutôt que de prendre le temps de décortiquer mon message, ils se sont enfuis mais un jour il devront revenir au point de départ mais je n'y serai plus car j'ai trop longtemps prêché dans le désert!

 

  Je me suis sentie abandonnée et reniée mais je m'en relève vaillamment et je garde la tête haute car je sais que j'ai aimé avec tout mon coeur.  Je ne sais pas comment je vais évoluer dans cette nouvelle aventure de femme seule mais je vais enfin pouvoir "être moi-même" sans me faire juger par des êtres transformés en vautours.  Des malheureux dont les paroles sont perfides afin de soulager leur propre souffrance intérieure.  Facile de juger quand on a pas marché dans les souliers de l'autre! 

 

Mon corps avait mal et j'avais des douleurs un peu partout.  Oui, celui-ci me parlait mais je ne l'écoutais pas.  J'ai enfin décidé de plonger et de risquer de changer pour me sentir encore mieux dans ma peau.  Des paroles, des comportements, des jugements m'étaient devenus intolérables.  Je supportais les humeurs de jeunes adultes qui croyaient et qui croient encore posséder la vérité.  Je passais souvent pour "l'empêcheuse de tourner en rond", celle qui voyait le carrousel tourner souvent trop vite et qui ne se contentait pas de se mettre la tête dans le sable comme souvent les propres parents préféraient le faire.  Comme j'étais méchante pour eux parce que je m'impliquais et que j'agissais en parent aimant.  Je n'aurais pas du accepter de "jouer au parent de remplacement" mais j'avais pitié de ces enfants qui étaient désorientés.  Ils avaient besoin de balises et j'en ai posées croyant bien faire!  Je les ai traités comme s'ils étaient mes enfants de sang mais toujours celle qui était la mère biologique venait défaire notre château de sable.  Elle était souffrante et elle a fait souffrir pour assouvir son besoin de vengeance et son orgueil maladif...

 

 Je suis maintenant prête à vivre avec les changements que j'ai fait et jamais plus je n'accepterai de me faire faire mal par un homme ou par des enfants égoïstes d'avoir tout eu craché dans le bec!  L'Amour ne s'achète pas et le mien n'est plus à vendre!  J'offrirai des parcelles de mon soleil intérieur à celui ou celle qui méritera de s'y réchauffer...  J'écouterai ma voix intérieure et je me protègerai des abuseurs et des opportunistes.  Des visages à deux faces et des dépendants de quoi que ce soit aussi...  Je constate à ma grande surprise qu'il y a des personnes qui jouissent en voyant le malheur des autres et je les plains de tout mon coeur.  Un jour, eux aussi auront mal et ils comprendront que l'on n'écrase pas quelqu'un qui est en train de se reconstruire...

 

Je fais le deuil de certains de mes comportements et non le deuil de ma personne entière.  Je garde précieusement mes qualités et je pars à la découverte de mes vrais besoins.  Je laisse tomber les masques et j'ôte mon voile de Mère Térésa qui veut sauver tout le monde quitte à se noyer dans la mare boueuse.

 

J'ai eu de grandes souffrances dans ma vie.  Des épreuves que je croyais ne jamais pouvoir surmonter.  Je me suis accrochée et je me suis tenue la tête hors de l'eau.  J'ai fait tout ce qu'il m'était possible de faire car je dépendais de l'amour des miens et de l'approbation des autres.  Je n'avais pas assez confiance en moi je suppose et je quêtais l'Amour sans trop m'en rendre compte...  Pourtant, je me disais et je me redisais à l'homme que j'aimais et qui vivait à mes côtés.  Mais, il ne m'écoutait pas véritablement hélas!  Il disait m'aimer mais ce n'était pas de l'amour véritable car il ne m'a pas respectée pour ce que j'étais.  Ayant perdu sa mère dans son âge tendre, il cherchait une maman pour lui et pour voir à ses enfants.  Il a comblé ses besoins et je n'ai pas à lui en vouloir car j'ai été naïve et amoureuse aveugle!

 

  Maintenant, par sa fuite il m'a fait réaliser que j'étais capable de me rassurer moi-même, de me sécuriser moi-même et d'aller partager avec des ami(e)s qui sont vrais et authentiques.  Je me suis enfin remariée avec moi-même et j'avoue que ma lune de miel a un goût délicieux!  Je pleure encore sur ce qui n'est plus mais les larmes s'assèchent dès que la brise de la liberté vient me frôler la joue!

 

Je me sens sécurisée et excitée parce que je ne joue plus de rôles.  Je respire ma nouvelle liberté à plein nez et le coeur m'en palpite de joie.  Déjà, mon corps a repris sa forme et je dors merveilleusement bien.  Déjà, j'entrevoie de continuer ma vie main dans la main avec un homme qui saura m'aimer pour ce que je suis.  Je rêve de la vague et du vent marin.  Je rêve de regarder voler Jonathan le goéland et de survoler les nuages avec lui.

 

  Je me sens tellement mieux dans ma peau que déjà j'attire les regards car je suis libérée de mon voile que j'avais posé moi-même sur ma tête!  Je me déshabille de mes frasques et j'ose enfin m'aimer pour ce que je suis.

 

Je veux cesser de rêver ma vie et je veux vivre mes rêves.  Je veux découvrir d'autres avenues et connaître d'autres continents.  Je suis à l'écoute de mes désirs et dans la solitude je peux entendre le son de ma propre chanson!  Je perçois le chuchotis de la vague qui s'étire et se fait "vamp" pour m'enguirlander et m'attirer vers d'autres rivages lointains!

 

Le choix est souvent douloureux comme de donner naissance.  Mais, quelle joie incommensurable je ressens maintenant.  Ce choix était devenu essentiel car je m'étiolais comme une tulipe qui manque d'eau au printemps.  Je n'ai pas fait ce choix moi-même car l'homme que j'aimais a pris le large.  Lui aussi, a osé être soi-même et chercher son bonheur ailleurs alors, malgré quelques serrements au coeur je dois avouer qu'il vient de me rendre un immense service sans le savoir!

 

Je trouve ce changement parfois difficile mais en même temps je vis une renaissance.  Une renaissance à moi-même et une reconnexion à l'être qui veut s'épanouir en moi.  Je me sens refleurir et il me semble que la Terre entière est à découvrir!

JE M'AIME ET J'AIME LA VIE!

C'EST AINSI QUE JE POURRAI AIMER À NOUVEAU!

C'EST AINSI QUE JE POURRAI REDIRE OUI

CAR JE VIS UN VÉRITABLE RENOUVEAU!

 

Je souhaite à tous et à toutes de changer les choses qu'ils peuvent changer.  Oui, je vous souhaite ce courage qui vous rendra sage et vous fera connaître à nouveau la sérénité!

SUIS LA VOIE DE TES RÊVES ET TON ÂME CONNAÎTRA LA PAIX!

 

Jovette Mimeault

4 octobre 2002

Posté par Lounan à 12:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 septembre 2017

Épice de vie

 

keke

 

Épice de vie

Il y a dans ma vie, une épice rare, inespérée,
je dirais même, bénie des dieux.

Cette poudre magique transforme mon quotidien
en rayon de soleil dès qu'elle se répand sur
un problème à résoudre,
une solution à mettre.

J'ai cette chance inouïe de posséder
cette substance miracle !

Quand je traverse des temps difficiles,
que mon quotidien me fait mal,
qu'il y a un trop plein de vécu
et que j'ai besoin de courage et d'énergie
pour faire face au nouveau jour qui naît,

et qui doit se poursuivre malgré
la coupure du temps,
c'est alors que mon épice magique
vient poivrer ma journée de compréhension,
d'écoute active.

Son parfum me soutient, sa force me guide,
son arôme de discrétion me protège.

Le plus beau souhait que je puisse vous faire,
c'est de trouver cette poudre magique,
de la répandre avec amour.

Cette épice de vie a pour nom :

" Amitié "

 

 

Marie Agnès Breault

Cette épice de vie a pour nom :

" Amitié "

Posté par Lounan à 23:32 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

10 septembre 2017

LA FICELLE

images (2)

LA FICELLE

 

Ma vie est comme une ficelle parfois pleine de noeuds et toute entremêlée...

  Je n'ai pas le choix de prendre le temps de la démêler

si je veux pouvoir m'en servir à nouveau... 

C'est le cas de le dire que je dois prendre ma patience en mains!

 

J'ai le choix d'accomplir cette tâche ou de jeter ma ficelle aux ordures

et vite m'en recouper une nouvelle...  

Mais, ce n'est pas toujours évident de le faire car la ficelle est parfois manquante... 

Je peux aussi demander à quelqu'un d'autre de le faire à ma place... 

mais encore là, il y a des fois où je dois affronter seule cet imbroglio...

 

En dénouant ma ficelle moi-même,

je peux "visualiser" et mettre bien des principes en pratique...

  Bien oui par ce simple geste! 

Je peux me représenter que chaque noeud est un problème

et que je dois affronter uniquement celui-ci avant de pouvoir m'attaquer aux autres noeuds. 

Quand je démêle ma ficelle

je peux m'imaginer que je suis en train de mettre de l'ordre dans mes idées.

  Bien sûr, cela me demande de la patience, de la persévérance et de la suite dans les idées.

  En plus, qu'une bonne dose d'humilité n'est pas à dédaigner... 

C'est quand j'aurai trouvé le bout de ma ficelle que j'aurai trouvé une solution. 

Il me suffira alors de régler la source du problème qui me taraude souvent les idées!

 

Maintenant j'essaie le plus souvent possible d'affronter mes problèmes,

petits et grands, de cette façon. 

Je dénoue ma ficelle dès que j'y vois un noeud et je n'attends pas trop pour le faire...

  Rien ne sert de la cacher vitement dans le fond d'un tiroir car un jour ou l'autre,

j'aurai besoin de ce petit bout de ficelle pour renouer avec mes émotions et me rattacher à la réalité...  Et toi, as-tu besoin d'un petit bout de ficelle

pour attacher solidement le paquet-cadeau qu'est ton coeur? 

Si oui, entrouves le tiroir et  ressors-la vite. 

Et surtout...mets-toi à la tâche sans plus attendre!

 

Jovette Mimeault

Posté par Lounan à 18:38 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

09 septembre 2017

Etre aimé ou aimer ?

 

14264239_1771177189836645_3715788382495249487_n

 

Etre aimé ou aimer ?

La grande majorité de nos faits et gestes sont motivés par un seul et unique but : être aimé. En effet, nous faisons tout pour être apprécié, aimé, chéri... Nos plus grandes blessures intérieures proviennent d'un manque d'amour, qu'il soit réel ou imaginaire.

Si mes parents ne m'ont pas donné assez d'amour, je passerais ma vie à le rechercher à l'extérieur de moi.

Si mon partenaire n'est pas assez affectueux, je remettrais en doute ses sentiments et par conséquent ma "valeur".

Si je reçois une parole blessante, je perdrais confiance en moi...

Cette quête d'amour fait de nous des êtres vulnérables et dépendants des aléas extérieurs, des gestes, des paroles, des pensées d’autrui.

C'est ainsi, nous voulons à tout prix être aimés. Pourquoi ? Parce que nous sommes le nombril de notre propre monde. Nous prenons toujours tout pour nous ou encore plus contre nous. Pourtant, si on y regarde de plus près, l'autre vit exactement de la même manière, il fait tout par rapport à lui même :

Mes parents ne m'ont pas donné assez d'amour car ils n'en avaient pas assez pour eux.

Mon partenaire n'est pas assez affectueux car il ne sait pas remplir sa coupe intérieure.

Une parole devient blessante quand son auteur a des choses à régler avec lui même.

Finalement, ce que nous prenons en plein cœur, ce que nous considérons comme un manque d'amour, n'est rien d'autre qu'une histoire que l'autre a à régler avec lui même, nous ne sommes que des miroirs.

Nous sommes les seuls à avoir un accès direct à notre cœur, à pouvoir l'emplir de bonheur. Bien sûr, nous pouvons confier nos clés à quelqu'un d'autre, et nous le faisons presque tout le temps, mais cela n'est jamais totalement épanouissant puisque l'autre cherche lui aussi à être aimé avant tout. Dans ces conditions, l'amour est à sens unique, on veut, on désire, on souhaite, on attend... Comme je le dis souvent, il est inutile de rechercher de l'amour en dehors de nous-même, car nul ne peut réellement remplir notre coupe.

Ce besoin d'être aimé est si fort qu'il oriente nos choix, il nous empêche d'être qui nous sommes, car nous pensons à tort que nous dévoiler est trop risqué, nous pensons que nos différences sont un obstacle et qu'elles nous séparent, alors nous portons des masques et tentons de nous adapter, de rester discret, pour cela nous nous étouffons, nous étouffons notre être, mais peu importe pourvu que l'on nous aime.

Nous vivons donc inconsciemment dans l'attente et la peur et cela fausse nos relations. Cette peur de déplaire est très pesante et génère bien de l'anxiété et de la tristesse. Notre besoin d'être aimé devient alors une véritable croisade, une obsession dans laquelle on se perd.

En effet, tout faire pour être aimé est un mensonge à soi même, et ce mensonge ne s'arrête pas là puisqu'on en arrive par la force des choses à mentir à l'autre, à se cacher, à ne pas être authentique.

Alors que la base d'une relation saine et sereine est la confiance.

Et si nous nous trompions ? Si nous passions finalement à coté de notre vraie mission ?

Notre but ici bas n'est pas celui d'être aimé mais d'apprendre à (s')aimer. Bien entendu cela commence par soi même, apprendre à être vrai, apprendre à voir notre beauté, apprendre à être, vivre et s'épanouir, puis, apprendre à aimer l'autre. D'ailleurs lorsque l'on s'aime l'amour pour l'autre est totalement naturel, car il n'est pas constitué d'attentes ou de conditionnements.

Lorsque l'on expérimente cela nous sommes dans l'amour véritable nommé amour inconditionnel.

C'est une sphère authentique et pure, c'est un endroit dans lequel on est heureux, on donne sans attendre en retour puisqu'on ne cherche plus à être aimé, à prendre, à vouloir, à attendre. On pourrait imaginer cela par une table posée entre des partenaires (conjoints, famille, amis...), sur cette table chacun y pose ce qu'il a à offrir et laisse l'autre se servir à volonté. Aucun des partenaires ne compte ce qu'il a posé, d'ailleurs sur la table tout se mélange, tout est à portée de chacun selon ses envies et ses besoins. Cette table devient un trait d'union entre les personnes. Si l'un des partenaires a de la peine, il trouvera des mouchoirs sur la table; si l'un des partenaires a de la joie, il trouvera un éclat de rire sur la table; si l'un des partenaires prend une autre voie, il trouvera un plan sur la table. Car l'amour véritable donne plus qu'il ne retient, il offre plus qu'il ne demande. J'entends déjà certains dire "oui mais à trop donner on risque de se laisser abuser", je ne suis pas d'accord avec cela, car lorsqu'on est dans l'amour véritable on ne donne pas plus que ce que l'on a puisque l'on comprend que le Soi doit être nourrit avant tout par soi même, et on sait dire "stop" quand cela est nécessaire afin de briser la spirale et que l'autre apprenne à son tour à aimer sans prendre ou retenir.

L'amour inconditionnel est simple, c'est le plus naturel qui soit car il ne faut pas se battre pour le vivre, au contraire, il faut baisser les armes.

C'est donc cela notre véritable mission : apprendre à aimer.

Emilie :)

https://www.facebook.com/soinetguerison/posts/1519286854799533

Posté par Lounan à 20:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]


23 août 2017

Tu apprendras

 

20228341_1624602550904852_719451635764546293_n

 

 

Tu apprendras...

Après quelque temps,


Tu apprendras la différence entre tendre la main et secourir une âme.


Et tu apprendras que aimer ne signifie pas s’appuyer, et que compagnie ne signifie pas toujours sécurité.


Tu commenceras à apprendre que les baisers ne sont pas des contrats, ni des cadeaux, ni des promesses…


Tu commenceras à accepter tes échecs la tête haute, comme un adulte, et non avec la tristesse d’un enfant.


Et tu apprendras à construire aujourd’hui tes chemins, parce que le terrain de demain est incertain, et ne garantit pas la réalisation des projets, et que le futur a l’habitude de ne pas tenir ses promesses.


Après un certain temps,


Tu apprendras que le soleil brûle si tu t’y exposes trop.


Tu accepteras le fait que même les meilleurs peuvent te blesser parfois, et que tu auras à leur pardonner.


Tu apprendras que parler peut alléger les douleurs de l’âme.


Tu apprendras qu’il faut beaucoup d’années pour bâtir la confiance, et à peine quelques secondes pour la détruire, et que, toi aussi, tu pourrais faire des choses dont tu te repentiras le reste de ta vie.


Tu apprendras que les vraies amitiés continuent à grandir malgré la séparation.

Et que ce qui compte, ce n’est pas ce que tu possèdes, mais qui compte dans ta vie.


Et que les bons amis sont la famille qu’il nous est permis de choisir.


Tu apprendras que nous n’avons pas à changer d’amis, si nous acceptons que nos amis changent et évoluent.


Tu expérimenteras que tu peux passer de bons moments avec ton meilleur ami en faisant n’importe quoi, ou en ne rien faisant, seulement pour le plaisir de jouir de sa compagnie.


Tu découvriras que souvent nous prenons à la légère les personnes qui nous importent le plus ; et pour cela nous devons toujours dire à ces personnes que nous les aimons, car nous ne savons jamais si c’est la dernière fois que nous les voyons…


Tu apprendras que les circonstances, et l’ambiance qui nous entoure, ont une influence sur nous, mais que nous sommes les uniques responsables de ce que nous faisons.


Tu commenceras à comprendre que nous ne devons pas nous comparer aux autres, sauf si nous désirons les imiter pour nous améliorer.


Tu découvriras qu’il te faut beaucoup de temps pour être enfin la personne que tu désires être, et que le temps est court…


Tu apprendras que si tu ne contrôles pas tes actes, eux te contrôleront.


Et qu’être souple ne signifie pas être mou ou ne pas avoir de personnalité : car peu importe à quel point une situation est délicate ou complexe, il y a toujours deux manières de l’aborder.


Tu apprendras que les héros sont des personnes qui ont fait ce qu’il était nécessaire de faire, en assumant les conséquences.


Tu apprendras que la patience requiert une longue pratique.


Tu découvriras que parfois, la personne dont tu crois qu’elle te piétinera si tu tombes, est l’une des rares qui t’aidera à te relever.


Mûrir dépend davantage de ce que t’apprennent tes expériences que des années que tu as vécues.


Tu apprendras que tu tiens beaucoup plus de tes parents que tu veux bien le croire.


Tu apprendras qu’il ne faut jamais dire à un enfant que ses rêves sont des bêtises, car peu de choses sont aussi humiliantes ; et ce serait une tragédie s’il te croyait, car cela lui enlèverait l’espérance!


Tu apprendras que, lorsque tu sens de la colère et de la rage en toi, tu en as le droit, mais cela ne te donne pas le droit d’être cruel.


Tu découvriras que, simplement parce que telle personne ne t’aime pas comme tu le désires, cela ne signifie pas qu’elle ne t’aime pas autant qu’elle en est capable : car il y a des personnes qui nous aiment, mais qui ne savent pas comment nous le prouver…


Il ne suffit pas toujours d’être pardonné par les autres, parfois tu auras à apprendre à te pardonner à toi-même…


Tu apprendras que, avec la même sévérité que tu juges les autres, toi aussi tu seras jugé et parfois condamné…


Tu apprendras que, peu importe que tu aies le cœur brisé, le monde ne s’arrête pas de tourner. 


Tu apprendras que le temps ne peut revenir en arrière. Tu dois cultiver ton propre jardin et décorer ton âme, au lieu d’attendre que les autres te portent des fleurs…


Alors, et alors seulement, tu sauras ce que tu peux réellement endurer ; que tu es fort, et que tu pourrais aller bien plus loin que tu le pensais quand tu t’imaginais ne plus pouvoir avancer !


C’est que réellement, la vie n’a de valeur que si tu as la valeur de l’affronter !

Jorge Luis Borges

Facebook...voyage émotionnel

 

1531580_806901772688903_2654418601510681947_n

 

Posté par Lounan à 20:05 - Commentaires [2] - Permalien [#]

13 août 2017

Le Pardon

 

 

Dans ma vie , le pardon , est très présent , j ai souvent été très blessée, j ai vécu beaucoup de colère intérieure, cette colère , ce ressentiment m ont fait beaucoup de tort ; physiquement , moralement, il a fallu plusieurs années pour tout digérer, tout évacuer, je devais faire ce long processus pour vivre une paix intérieure , vivre bien avec moi même, vivre en santé . Le chemin est long , mais il est bénéfique

 

fleurs-en-forme-de-coeur-representant-la-beaute-500x487-500x487

 

Le pardon correspond au fait de nous libérer des limites que nous nous imposons et des modèles de conduite auto-destructifs, qui nous emprisonnent dans le passé de façon malsaine. 

De plus, il nous libère de la colère, de la peur, de la douleur, du ressentiment, et de tout autre sentiment négatif, ouvrant ainsi notre coeur à la joie, à la paix et à l’amour.

 

Bien que cela ne soit pas forcément facile, nous ne devons jamais laisser le passé prendre le dessus sur notre vie si nous voulons nous libérer de la douleur que nous ressentons et des astreintes qui nous empêchent de vivre pleinement notre vie.

Pourquoi devons-nous mettre en pratique le pardon?

Offrir notre pardon est bénéfique dans bien des aspects :

– il nous permet de nous libérer de la rancœur.

– il est la clé pour conserver une bonne santé physique, émotionnelle et psychologique.

 

– il nous permet de nous libérer de tous les sentiments négatifs qui nous rongent.

– il nous permet de trouver la paix intérieure.

– il est le garant d’une meilleure vie sociale, car nous arrêtons de percevoir de l’hostilité dans les comportements d’autrui.

Comment encourager le pardon?

Voici quelques conseils qui vous aideront à développer votre capacité à pardonner :

– Trouvez du temps chaque jour pour méditer et explorer les recoins de votre esprit afin d’essayer de chasser tous les ressentiments qui vous maintiennent prisonnier.
Imaginez que vous tenez un grand nœud dans vos mains, respirez lentement et profondément, puis visualisez ce nœud qui se défait petit à petit, vous faisant ainsi vous sentir plus libre et plus léger. Le pouvoir de l’imagination est immense.

– Pardonner ne signifie pas vous réconcilier. Vous ne devez pas obligatoirement excuser l’autre, ou tolérer son comportement ; il vous suffit seulement de laisser aux oubliettes votre propre souffrance.

– Si vous ressentez une profonde hostilité envers quelqu’un de votre passé, écrivez-lui une lettre de pardon dans laquelle vous exprimez vos sentiments. Si vous ne souhaitez pas l’envoyer par la suite, ne le faites pas, l’action d’écrire cette lettre est une façon d’imaginer que vos sentiments de vengeance dirigés à l’encontre de cette personne disparaissent. Si vous continuez à écrire chaque jour des lettres de pardon, vous ouvrirez une valve de sécurité très utile pour votre guérison.

 

 Ne laissez pas l’environnement négatif de personnes insensibles et inconsidérées vous envahir. Essayez d’évoluer dans un milieu où règne le bien-être et où vous pouvez contrôler votre esprit et l’énergie qui vous entoure, sans les polluer.

– N’oubliez pas que vous ne devez pas vous tenir à l’écart du cercle de pardon. Vous devez vous pardonner à vous-même pour ne pas être parfait, pour avoir commis des erreurs comme tous les autres. Vous méritez de recevoir la même compréhension et la même compassion que vous accordez à autrui pour avoir la chance de trouver la positivité et être libre de vivre en paix.

La capacité à pardonner ne fonctionne pas de la même manière pour tout le monde. Certaines personnes ont besoin de plus de temps que d’autres, mais dans tous les cas, le pardon est un objectif que nous pouvons tous atteindre. 

Celui qui n’est pas capable de pardonner est plus à même de souffrir d’anxiété, de dépression, de problèmes cardiovasculaires, de douleurs de dos chroniques, d’altération de la fonction neurologique, d’un mauvais fonctionnement du système immunitaire, ainsi que d’un manque de vie sociale, le conduisant à se sentir seul et misérable, incapable de profiter pleinement de la vie.

Lever-du-soleil-500x332-500x332

 

 

 

 

 

Posté par Lounan à 12:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 août 2017

Mon nom est Béatrice

On trouve plusieurs choses sur internet, des petits bijoux qui nous font réfléchir, je ne sais pourquoi , mais cette semaine , il y a pleins de messages , comme cela , je m attarde a les lire , ils sont si vrais En plus ma fille vient de perdre une de ses amies , il a donc des Avoir su................................... 

 

 

e8fb0ab4393b5f77afe895d7f32feb3a

 

Mon nom est Béatrice (Béa pour les intimes) 

J'ai eu 73 ans, au mois de mai dernier.

Voilà, trois semaines, mon coeur s'est arrêté!

Hé oui, comme ça!

Sans pré-Avis, sans délai, je suis partie.. mais je ne suis pas encore montée, je n'ai pas suivi la lumière blanche, je n'étais très certainement pas pour manquer ce méga "party" qu'ils préparent pour moi !

 

946a83d4cc96b99b9a4c20d832b7fadb

Il y a des fleurs partout, j'adore les fleurs ! J'en avais pas reçu depuis des années !

Je vais bientôt prendre la route pour retrouver mon Gino ! Gino, c'est mon mari 

Lui, nous a quittés en 2009 à la suite d'un accident. Je crois que je ne m'en suis jamais réellement remise car, depuis ce temps mon corps me faisait terriblement souffrir 


Aujourd'hui,semble être le jour des funérailles...oui oui, les miennes !

Je ne sais pas combien de personnes il y a ici , 50-60-100 mais je peux vous dire une chose;

j'ai rarement vu autant de gens, venir me voir de mon vivant !

Ma fille, Marie vient d'entrer avec son Stéphane,(les grands voyageurs). Ils reviennent de Los Angeles, ils sont tellement beaux avec leur teint de vacances ! La semi-retraite leur va à merveille. Ils courrent sans arrêt entre le club de Golf, le bateau et L'aéroport pour partir à la découverte du monde !

Hoooo même la petite Alice, est ici 

 Alice c'est mon arrière petite fille... elle marche, je ne l'avais même pas vu marcher!

À vrai dire, je ne savais même pas qu'elle marchait !

Katrine (ma petite fille) ne me l'avait pas dit! Katou (pour les intimes) est surchargés, prise entre le travail, la garde partagée d'Alice, son nouveau copain et ses enfants! On peut facilement comprendre qu'elle manque de temps !

Je l'avais pas revu depuis au moins 6 mois !

 

Mon fils aussi est présent , comme il est beau mon grand !

Un tantinet nerveux, il est tellement "busy" à diriger son empire (comme il le dit si bien) que c'était très difficile d'avoir de son temps...parfois il venait chez moi, 5 minutes entre deux "meeting" et deux coups de téléphone intelligent .

Mon frère, mes soeurs, des cousins, cousines, des ami(e)s sont également ici... tous des gens que je n'ai pas vu depuis très très longtemps!

En fait, la dernière fois que j'ai vu certains d'entre eux c'est aux Funérailles de Gino, je crois!

Les dernières années n'ont pas été faciles pour tout le monde y compris pour moi!

Souvent (tout le temps) seule chez moi, sans et/ou peu de nouvelle de mes enfants, petits enfants, mon frère, mes soeurs... j'ai trouvé celà difficile, mais surtout très long par moment!

 

Un jour, je suis allée au magasin m'acheter un téléphone "intelligent" (comme ils disent) pour apprendre les z'internets! C'est le petit gars du voisin qui m'a appris comment faire des textos!

J'ai pensé que celà faciliterait la communication avec mes enfants , mais malgré tout celà, mon téléphone restait muet ! (Tssssss...Il était bien ouvert.. ne pensez pas que j'étais une vieille sénile)

Comme, je ne voulais pas déranger, j'ai à plusieurs reprises pleuré en silence. De temps en temps, je leur ai donné des nouvelles.. dans l'espoir de les voir plus souvent mais,en vain !

Après mon départ, j'ai dû attendre cinq jours avant que quelqu'un me trouve!

J'étais pourtant à la maison, dans mon lit.

Marie (ma fille), était à Los Angeles en vacances, elle a donc téléphoné le service de police, inquiètes parce que je ne répondais pas.

Merci mon Dieu, c'est un policierqui m'a trouvé!

Présentement, j'écoutes les conversations et c'est plaisant d'entendre les gens parler en bien de moi, ils racontent des anecdotes parfois tristes, parfois droles!

Plusieurs pleurent en disant : Avoir su !

Avoir su maman, j'aurais passé plus de temps avec toi...

avoir su ma soeur, j'aurais été te voir plus souvent !

Avoir su....Avoir su.... pourtant, tout le monde dans ce bas monde sait que la vie a une date d'expiration et que nous ne la connaissons pas !

Eux disent: avoir su et moi je me demande pourquoi ? 

Pourquoi, ne pas m'avoir téléphoné plus souvent ?

Pourquoi, ne pas avoir fait plus de sorties ensemble ?

Ne serait-ce qu'un tour de machine , d'aller manger une crème en glace ,ou encore aller au Théâtre pour regarder une vue ?

Pourquoi vous aviez toujours le nez dans votre téléphone quand vous étiez avec moi et qu'aujourd'hui, vous demandez aux gens de les fermer parce que c'est "soi-disant", impoli au salon funéraire ? 

Pourquoi, ne pas m'avoir envoyé des fleurs avant aujourd'hui ? (Le pire c'est que j'entends ma fille dire qu'elle tient mordicus à se que j'aie des fleurs fraîches à tous les printemps à partir de maintenant).

Pourquoi, pourquoi, pourquoi ?

Sachez que je ne suis pas fachée ni déçue...

je suis bien, mais je me dis que beaucoup "d'avoir su" et de "pourquoi" auraient pu être évités!

Maintenant, Gino m'appelle... je présume que je peux partir en paix... au revoir tout le monde!

8fbebc09cdca5d02c7d3b327f591a49d

Pssssst..... (en chuchotant) Dernière petite chose:

s.v.p n'oubliez pas de donner du temps aux gens que vous aimez, parlez-vous, aimez-vous, ne soyez pas trop rancunier... la vie est faite d'essais et d'erreur!

Ne perdez surtout pas vos valeurs de base!

Aidez les autres, n'essayez pas d'écraser autrui pour vous remonter !

Apprenez aux gens votre savoir, partager vos connaissances, parlez-vous bonyenne!

Parfois, il suffit d'un tout petit geste, d'une petite parole, d'un sourire pour sortir quelqu'un de sa solitude, de son isolement ou de sa peur.

" La vie ne tient qu’à un fil


Un fil si mince, si fragile... vivre est un privilège que l'on peut perdre à tout moment.

Nous essayons de tout contrôler,mais nous ne pouvons point prédire ou prévenir la fin."

Evitez les : Avoir su que...et... les regrets!

Prenez soin de vos ainés et de tous ces gens qui vous entourent.

N'oubliez jamais que vous êtes les ainés de demain ! 

Bon, Gino dit que je parle trop... il m'a dit celà pendant 45 ans peut on vraiment parler trop ?

Je suis mieux d'y aller... avant qu'il dise que je fais du radotage et du commérage 

A bientôt mes amours, mes ami(e)s..

Béatrice 1944-2017

Texte écrit par moi même @nathaliegrenier

Posté par Lounan à 13:23 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

07 août 2017

Perdre ses parents

Je vous partage un texte que je viens tout juste de découvrir et qui me parle beaucoup de ce que l on vit lorsque nous perdons nos parents

3a88e8fb4ebd29b6e32dbf4e9a05faae

Quel que soit l’âge auquel on perd ses parents, le choc n’en est pas moins grand. On a beau être un adulte responsable, devenu soi-même parent, on reste toujours au fond de nous un enfant qui a besoin d’être protégé par ses parents. Si bien que quand l’un d’eux disparaît, on se sent livré à nous-mêmes. La douleur et le sentiment de solitude sont d’autant plus poignants qu’ils sont irrémédiables.

Entre parler de cette mort et la vivre, il y a un monde

 

Rien ne nous prépare à la mort, encore moins à celle de ses parents. La mort nous est incompréhensible.

Nous vivons un décès différemment s’il survient à l’issue d’une longue maladie ou s’il est subi, comme après un accident ou un meurtre. Dans ces derniers cas, le choc de la surprise s’ajoute à la douleur de la perte.

 

Autre facteur : le laps de temps entre le décès des deux parents. S’il est court, le deuil sera difficile. S’il est long, nous sommes plus préparés, comme à quelque chose d’inéluctable.

 

Dans tous les cas, l’adieu est une déchirure. Car, avec ses parents, ce sont des millions de souvenirs qui s’en vont. Ce sont des mots, des odeurs, des gestes, des baisers et des caresses. Ce sont eux qui vous ont créé, physiquement et psychologiquement.

 

Quand ils sont là et plus là

 

2276d09ae203ebfa493aa1e939793bd4

 

On avait beau savoir que ça arriverait un jour, vient le moment où on voit notre parent dans son cercueil, corps immobile et rigide. Il est toujours là, mais déjà parti. C’est alors que l’on comprend que tout est fini. Et qu’on se souvient du vivant, de ses réactions et opinions qu’on n’avait pas comprises alors mais pour lesquelles, soudain, nous éprouvons de l’indulgence.

 

C’est aussi le moment des remords et des regrets, voire de la culpabilité. Il faut lutter contre ce sentiment, ne pas le laisser nous envelopper, car il ne fait qu’ajouter à notre chagrin. Dans la vie, le moment des adieux est souvent celui où l’on pardonne. Il doit en être de même à ce moment-là. On doit pardonner à ce parent et nous pardonner à nous-mêmes.

 

Profitez d’eux tant qu’ils sont là

La mort de ses parents est très différente de celle des autres personnes, même celles qu’on a aimé profondément. Car, à ce moment-là, nous nous sentons abandonnés. Nos parents sont les premières personnes que nous avons aimées. Même si nous avons eu de nombreux conflits avec eux, nous en restons toujours dépendants, que nous le voulions ou non.

 

Quand ils disparaissent, nous voilà privés de leur protection. Vous connaissez peut-être des personnes qui se sont éloignées de leurs parents pour une raison ou une autre : vous avez sans doute constaté qu’il est difficile de vivre avec « le poids » de cette absence.

 

La leçon de tout cela est que vous devez réaliser que vos parents vont disparaître un jour ou l’autre et qu’il est donc indispensable d’en profiter tant qu’ils sont là.

Par : Jad Therapeute

http://www.santeplusmag.com/change-apres-mort-parents-texte-a-lire/

 

142ce4df9665e9d3e6fd5028e41d6e9a

Posté par Lounan à 13:03 - Commentaires [4] - Permalien [#]

25 juillet 2017

L été au camping

 

b7fe691b3ad9b303b84e767f223aa08f

C est l été................

Je vis une autre saison de ma vie à ma roulotte , comme les autres étés , je quitte ma maison , laissant mon mari à ses projets de rénovations . Cette année ma fille et son conjoint construisent leur maison, il y a donc a faire

Avec ma fille et petites filles on vit au jour le jour au camping , en s amusant puisque nous avons des activités , on les vit ensembles ; on écoute des films , on se fait des feux .

Cette été , notre principale activité , réunies ensembles , c est la peinture des roches , on se découvre des talents , et on enjolive notre parterre 

7d2c4e5d8008b9c67060ddc31d3f5cb3

9-4

cda339f567b714650fe4a2e07332aea8

 

 

J ai installer sur mon terrain un petit jardin, celui des fées, entre deux gros arbres , il y a de petites figurines ; des coccinelles, des grenouilles, des princesses , des petites maisons , les roches seront déposées au jardin

5fd085d863f5a44c3c94b127986fdbc8

et des fées sont venues s installées

 

52e04bcb9d4b9b5636b2e437b5d057e3

 

Le matin bien souvent en observant le petit jardin , je vois que des choses ont changé de place.......je me demande , qui me joue des tours est ce un petit lutin taquin.......un matin je surprends la coupable

 

 

 

Léa ma coquinette qui s amuse , elle déplace les choses dans le petit jardin ainsi que dans ma roulotte , elle se croit bien cacher ......et elle ne croit pas que je puisse m en rendre compte . Ce sont des petits moments comme cela qu il est si agréable de vivre .

 

Cet été je vis aussi de la peine , mon frère suit des traitements de chimiothérapie et c est difficile pour lui 

cela nous affecte tous , mais la pensée voyage et nous sommes une bonne équipe pour le soutenir. Le week end prochain nous allons faire participer les campeurs ,,,un rallye pédestre..le thème ..être un apprenti agent secret , nous avons mis plus de 30 heures de préparation, les enfants ont tellement hâte de vivre cette journée , 10 missions pour devenir agent secret

 

Il y a Halloween en été , c est tellement amusant de regarder les enfants se promener 

 

Alors je vous reviens bientôt avec d autres nouvelles , profitez du mois d août et allez lire les mousseline du mois d août de 2016

 

 

 

 

Posté par Lounan à 10:38 - Commentaires [3] - Permalien [#]